Philosopher au travail, pour quoi faire ?

Depuis quelques années, des individus s’efforcent avec une nouvelle vigueur de favoriser les échanges entre le monde de la philosophie et le monde du travail.

Se libérant de préjugés tenaces de part et d’autre, ils se risquent à passer les frontières pour confronter les expériences, les langages, les interrogations. La pratique est déjà habituelle dans le monde anglo-saxon mais relativement inédite en France. Les initiatives sont diverses : cursus de formation continue en philosophie pour cadres, création de cabinets de conseil et formation spécialisés dans l’approche philosophique des situations professionnelles, organisation de cafés-philo ou de conférences philosophiques en entreprise, managers tentant d’utiliser la philosophie pour repenser leurs pratiques ou faire réfléchir leurs équipes, étudiants d’écoles de commerce ou d’ingénieurs complétant leur formation par un master de philosophie, développement d’enseignements de philosophie du management dans les cursus de gestion, réflexions pluridisciplinaires sur le travail et l’activité humaine, publication de livres de philosophie à l’attention des managers, etc.

Mais que peut-on attendre de cette nouvelle rencontre entre philosophie et monde du travail ?

Tout dépend de ce qu’on appelle philosophie.

Cinq grands critères peuvent être utilisés pour tenter de définir la philosophie : autant d’apports différents possibles pour le monde du travail.

1368331211_earthCritère n°1 Un critère «thématique» ou… la philosophie comme discours portant sur le « général »

Ce critère assimile la philosophie à l’ensemble des discours portant sur des thématiques générales et abstraites : le bien, le juste, la liberté, la mort, le bonheur, le savoir, etc. C’est ce critère qu’utilisent de nombreux amateurs de philosophie parmi le grand public pour dire qu’ils philosophent (amateurs de café-philo par exemple). L’accent n’est pas mis sur celui qui tient le discours, sur les références aux auteurs ni sur la méthode suivie mais sur l’objet que le discours s’efforce de cerner.

like_vert  Les apports possibles au monde du travail

Considérée sous ce critère thématique, la philosophie constitue un exercice de mise à distance des situations et expériences particulières. Elle aide les acteurs du monde du travail à « lever le nez du guidon« , pour mieux saisir la portée générale des problèmes auxquels ils sont confrontés. L’exercice philosophique peut consister à étudier une notion (le travail, le profit, l’égalité, l’argent, le bonheur, le sens, la retraite, etc.) ou un problème plus précisément formulé (le travail est-il une valeur ? ; peut-on gouverner sans subordonner ? ; une organisation sans chef est-elle possible ?)

>> voir Thèmes pour réfléchir sur les problématiques du travail

1368330921_handy-icon_01Critère n°2 Le critère « patrimonial » ou… la philosophie comme discours des philosophes

Ce critère « patrimonial » est sans doute le plus répandu. Il assimile la philosophie à l’ensemble des discours, idées, théories, concepts élaborés par des individus appelés traditionnellement ou reconnus communément comme « philosophes ». Dans cette conception, la philosophie apparaît d’abord comme un patrimoine de concepts et de thèses.

like_vert  Les apports possibles au monde du travail

Considérée sous ce critère, la philosophie constitue un réservoir bimillénaire de concepts et de théories éprouvés extrêmement riches, parfois complexes mais très féconds pour éclairer de nombreuses problématiques du monde du travail (la gouvernance, la morale, l’humain, la technique, l’autorité, etc.)

>> voir Textes pour réfléchir

1368330795_handy-icon_13

Critère n°3 Un critère «formel» ou… la philosophie comme méthode pour penser avec justesse

Il s’agit ici de considérer avant tout la philosophie comme la mise en œuvre d’un certain nombre de procédures de pensée, qui garantissent à celle-ci rigueur et objectivité (mise en évidence des présupposés, effort de conceptualisation, problématisation, logique argumentative, etc.). Ces procédures sont à distinguer de la rhétorique (et donc de la sophistique), dans la mesure où l’objectif n’est pas d’argumenter pour convaincre un auditoire mais de garantir l’accès le plus fiable possible à la vérité. L’objet sur lequel porte le discours, la personne qui le tient et les références (déférences ?) aux auteurs importent ici peu.

« Le but de la philosophie est la clarification logique de la pensée […] La philosophie a pour but de rendre claires et de délimiter rigoureusement les pensées qui autrement, pour ainsi dire, sont troubles et floues. » Wittgenstein

like_vert  Les apports possibles au monde du travail

Considérée sous ce critère, la philosophie peut être utile dans le monde du travail pour apporter rigueur et rationalité à l’ensemble de ses processus discursifs. La pratique de la philosophie est utilisée ici pour structurer le « management des idées », favoriser l’acquisition de compétences réflexives transversales et convertir les organisations à des processus discursifs « orientés problèmes ».

>> Voir Organiser des ateliers philo

1368330763_handy-icon_16Critère n°4 Un critère « téléologique » ou… la philosophie comme discours visant à établir des normes

D’après ce critère, le discours philosophique se caractérise par son ambition législatrice ; il a pour tâche de définir ce qui doit être, d’instituer des normes et des valeurs, de définir pour l’homme une direction et les moyens de l’atteindre. Cette conception est peut-être moins communément admise aujourd’hui, même si c’est souvent à ce titre que les philosophes continuent à être convoqués de nos jours par les médias ou différentes instances de décision.

 « Une idée cachée de la philosophie a depuis longtemps été présente parmi les hommes ; mais soit ils ne l’ont pas comprise, soit ils l’ont considérée comme une contribution à l’érudition. Si nous prenons les anciens philosophes grecs comme Epicure, Zénon, Socrate, etc., nous découvrons que l’objet principal de leur science a été la destination de l’homme et les moyens de l’atteindre. Ils sont donc restés beaucoup plus fidèles à l’idée vraie du philosophe, que cela n’est arrivé dans les temps modernes, où l’on ne rencontre le philosophe que comme artiste de la raison. » Kant, Conférences sur l’encyclopédie philosophique (Vorlesungen über die philosophische Encyclopädie, non traduit en français) cité par Pierre Hadot  dans Qu’est-ce que la philosophie antique, p.387

like_vert  Les apports possibles au monde du travail

Considérée sous ce critère, la philosophie peut être utile dans le monde du travail pour aider les individus d’une organisation à clarifier leurs valeurs et leurs objectifs, à définir des normes partagées et à construire le sens des situations vécues.

1368330829_handy-icon_08Critère n°5 Un critère « éthique » ou… la philosophie comme vertu

En ce sens, la philosophie ne désigne plus simplement une pratique discursive mais un ensemble de vertus déterminées, une manière d’être au quotidien, une « sagesse en acte» spécifique, dont les grands traits semblent assez constants dans l’histoire de la « figure du philosophe » (liberté d’esprit, recul critique, désir de vérité, souci de soi, souci du monde, tranquillité d’âme, humanisme, etc.).

Cette conception éthique rejoint l’expression populaire « prendre quelque chose avec philosophie ». Elle oriente souvent la pratique philosophique des individus en quête d’un idéal de réalisation personnelle ou collectif.

like_vert  Les apports possibles au monde du travail

Considérée sous ce critère, la philosophie peut être utile dans le monde du travail pour cultiver un « savoir-être » porteur d’autonomie, d’esprit  critique et de sérénité.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s